Logo Flavie

Il médite
Il repense au témoignage

de cet ancien Skinhead
Qui s’était un jour
assis
A côté d’un homme dont
Il avait ressenti beaucoup

de fraternité
de paix

d’amour.
Il voulait résister en lui
A cette douceur
Qui l’envahissait soudainement

A l’intérieur du corps
Et lui faisait baisser les

armes
Lui qui pensait n’exister que

par l’
affrontement.

Mais le bien
avait été fait.
Et sous son crane rasé
Sous son manteau de cuir
Que c’était bon
de sentir
cette douceur
Cette onctuosité dans le
corps.

Il avait finir par devenir
moine
suite à la rencontre
avec cet homme.

Alors quand
il médite
comme aujourd’hui

Dans ce train,
Il s’imagine
Etre

cet homme
Plein de

fraternité
De paix
D’amour.

Il visualise
dégager
cette sérénité puissante
cette douceur
Et qu’une personne
Stressée,
Emplie de colère

s’assoit
aléatoirement
A côté de lui
Et se laisse
Surprendre

Désarmer
par cette puissance
et ce désir d’harmonie, de lien
qu’elle ressent subitement

en lui.

Il pense à ça
et son cœur devient un miroir
Qu’il essuie
Qu’il essuie

Qu’il essuie.
Plus il inspire
puis expire
Plus ce miroir devient net

limpide
Et réverbère une lumière
éclatante.

Le train entre en gare.
Tout le monde descend.
Il rouvre les yeux.
Il sourit.
Puis il descend à son tour

du train.

Logo Flavie

Se dire tout
Comme si
On ne se revoyait pas.

Fille féminine
Mais qui a refusé
d’être limitée
A ça.
Homme
viril

Mais qui a refusé
De tout limiter

autour
A cause de ça.

Les dangers
De la superficialité
De la fragilité
Tôt

L’ont étonnée :
Elle observait
Chaque jour
Dans ses parents
Surtout ça.
Les risques

De la brutalité
D’avancer
Sans
A côté
Analyser
Se soucier,
L’ont
Impacté :

Il voulait
Qu’une volonté
Le prenne dans ses bras
le regarde
en souriant
En riant
Avant de reprendre son tout droit.

Alors
Eux deux
Ont
navigué
Chacun

Dans l’enfance
A vue
Dans leur vie.

Ils se sont
Offerts
Un rééquilibrage
Une accalmie

Elle,
En agissant

Chaque jour
Avec force

Détermination
Volonté.

Lui,
En se présentant
Toujours
Avec l’intention

D’écouter
De systématiquement sourire
D’échanger.

Et puis
Voilà
Que 20 ans plus tard :
Les rejets

du passé
Ressortent du placard,

Les amalgames
créés
Pour

se protéger
A présent
Les limitent dans leur vie.

Loin
de sa sensibilité
Elle avance
Sans tendrement partager.
Loin
de sa part d’égoïsme
Il ménage, soupèse,
Sans instinctivement
constamment s’élancer.

Or
Comme il perçoit

Une immense générosité
Au-delà

De sa détermination,
Et elle,

Comme elle sent
Une vraie force,
Non étouffée
pas ses émotions,
Ils comprennent
soudainement
En se regardant

que c’est possible
Finalement
De réunir
Deux notions
Qu’ils ne voyaient
Avant

Qu’en opposition.

Qu’en opposition.

En fait
Pour eux
Se retrouver
Se regarder 
Echanger :
C’est s’autoguider
Vers l’unité.

Vers l’unité.

En se souriant.

Dans un parc…
En se souriant.

Logo Flavie

Dis-moi
Si ma voix
T’emmène

Où tu veux.

Dis-moi
Si mes doigts
T’emmènent

Où c’est mieux.

Dis-moi
Dis-moi :
En un vers
Voyager
Plus
Qu’en

Dix mois.

Dis-moi
Dis-moi :
En un sourire
Voyager
Plus
Qu’en
Dix verres.

Une vie
En dévers
Le déséquilibre
Et voici
Le mouvement.
C’est la pente
Que t’arpentes
Folie
de la descente
Ou adrénaline
de la montée
Vers les sommets ?

Dis-moi
Si ma voix
T’emmène

Où tu veux.

Dis-moi

Si mes doigts
T’emmènent

Où c’est mieux.

Dis-moi
Dis-moi :
En un vers
Voyager
Plus
Qu’en

Dix mois.

Dis-moi
Dis-moi :
En un sourire
Voyager
Plus
Qu’en
Dix verres.

Allez…
J’te ressers…
Tu me ressers…
Un vers
Un verre
Un sourire
Dans tes bras.

Un vers

Un verre
Un sourire…

…Dans tes bras.

Logo Flavie

23h57 :
Youtube lui propose
d’écouter
Julio Iglesias
Après
avoir

Ecouté
Michel Berger
ou encore
Daniel
Balavoine.
Il écoute
et se dit

qu’en fait
il aime
bien
Julio.

23h57 :
un homme négocie
avec sa virilité
pour continuer
A avancer

Tout en écoutant
Des chansons
Normalement
Réservées
A des mamans.

23h57.

Logo Flavie

Les sentiments
Face
A l’intellectualisation.
Un engagement

Historiquement
Trop important

Première émotion
Déjà

Ils imaginent
le tourbillon.

Rares
Aussi
Les chaleurs
Et

Les moiteurs
Qui s’autorégulent.
Alors
à la première lueur

Ils éteignent
Précipitamment
D’une remarque

les marques d’humeur
Comme si
forcément
le cœur
est une forêt qui brûle.

Se préserver
des émotions
Extérieures
Cris,

larmes,
Dans lesquels,
Dépassés,
Beaucoup
Se noient
Et
Attendent
Que vous tendiez le bras

Comme si
Vous n’aviez
Déjà
Pas
vous-même
Chaque jour
A sauver.

Se préserver
des émotions
Extérieures
Aussi
Des sentiments intérieurs.
Maintenir
la barrière

haute
par rapport
aux humeurs.
Si la digue saute
Que

pourrait-il
soudainement
Se passer ?

Il comprend
Parfaitement
Leurs peurs
et
Aimerait
Qu’ils en soient

Plus conscients.
Pour ne plus
Systématiquement
Le faire taire
Chaque fois

Qu’il avance
Un sentiment.

Quand l’étincelle
Dans l’oeil

S’allume.
Il n’y a pas
Forcément
Dans le coeur
une forêt qui brûle.

Qui brûle.

Logo Flavie

Il aimerait
Avec
des mots
doux
Des mots
droits
Des mots
Vrais

lui graver
Comme sur un arbre
Un sourire
Sur le cœur.

Il aimerait
Qu’elle
Se livre

Qu’elle lui
Dise
Tout :
La

guider
Vers l’émotion
Comme
Elle le guide
Par l’exemple
Constamment
Vers l’action.

Il aimerait
Parler
Avec la petite
Fille
En elle

Qui a grandi
Et qui étouffe.
Pour
Qu’elle échange
Avec le petit
Garçon
En lui
Chanceux

Qui n’a pas connu
Toutes ces secousses.

L’absence d’une maman
Les départs
d’un papa
Dans des verres

Et
le monde des grands
Arrive
Bien avant

Ceux qui peuvent
profiter
Durablement
De la
Tendre

Atmosphère.

Et
Il aimerait

Avec
des mots
doux
Des mots
droits
Des mots
Vrais

lui graver
Comme sur un arbre
Un sourire
Sur le cœur.

Et il sait
Qu’il va

y arriver.
Elle lui a
Bien
Permis
Elle aussi
De ne jamais renoncer.

Et son corps d’adulte
S’efforce
d’avancer
Pour pouvoir
Droit dans les yeux
Lui demander
De lui présenter
La petite fille
Dans son coeur
Qu’elle a toujours
Eté.

Qu’elle a toujours été.

Et, qu’elle est.

Logo Flavie

Autour
S’agite
Ca gicle

La vitesse du quotidien
S’observe

Assis
Comme

De la fenêtre d’un train.

Autour
Ca avance
Toujours
Accélère
S’entrecroise
Peu
de couleurs
De yeux

Au milieu de mille visages.

Autour
Une périphérie
D’humains

S’observe
Comme
Assis
A travers la fenêtre d’un train.

Autour