VISAGE D’ANGE

Logo Flavie

Parfois on hésite
A parler de sexe
Dans un texte.
Mais comme ça
Intéresse un peu tout le
Monde
Finalement on n’hésite pas
Longtemps.
Alors, voilà, sur un site de
Rencontre, elle avait mis
Une photo avec un décolleté.
Tu venais tout juste de revenir du travail
Et t’étais déjà dans son soutien-gorge.
T’avais envie de lui dire « Chérie, s’il te plait
Laisse-moi au moins dénouer ma cravate. »
Elle avait de telles formes,
Avec un visage d’ange,
L’équilibre parfait entre la pureté et le vulgaire.
Le respectable et l’indécent.
Pourtant, elle allait loin dans l’indécent.
Accessoires au lit : « Sextoys ».
Pratique : « plaisirs inconnus », « mise en bouche », « fessée déculottée ».
Précisions déplacées.
Indignes de la femme
Parfaite,
Raffinée,
Que je me représentais dans mon esprit.
Et pourtant,
Cette liberté que je lisais
Sur la fiche de cette femme de 37 ans
Me faisait un bien fou.
Son élan.
Sa gourmandise de vie.
Elle et son visage d’ange
Elle et ses courbes parfaites
Taillées pour l’amour.
J’hésitais à la contacter.
Les conventions disaient « non ».
La liberté disait « oui ».
Ma peur du jugement
Retenait sa réaction.
Mais je voulais
Plonger
Plonger
Comme si ma vie m’attendait
En bas de la falaise.

Je faisais disparaître
Son image
Mais son visage avait
Remonté les yeux
Pour se placer dans l’esprit.

Elle était libre
Quand j’interrogeais toujours
Ma raison
Au lieu de suivre mon intuition.
J’intégrais systématiquement l’extérieur
Avant de me comporter
De décider.

Je n’étais libre que
Malade
Quand mon corps
Délabré
Ne se trouvait plus légitime
A réclamer
Des témoignages d’estime
Et d’amour
Extérieurs.

Je n’attendais plus
Rien de l’extérieur.
Donc l’extérieur
N’avait plus d’emprise
Sur moi.
Je pensais seulement
A ce corps qui
M’abandonnait
Et à être
Dans ces circonstances
le plus noble.
A Accepter la fatalité
Du temps qui passe
Et qui nous prend
Peu à peu
Tout.

Malade
Mais j’étais
Aujourd’hui
Encore
Plein de vie.
Et je voulais être
Libre comme cette
Femme de 37 ans.
Oublier l’extérieur qui
Est noire de frustration.
Oublier l’extérieur qui
Sanctionne ceux qui ont
Eu
Le courage.

Mais je ne suis pas assez fort
Pour oublier l’extérieur.
Cette majorité qui juge.
Mais toi, tu es plus forte
Que moi.
Et je t’aime autant pour ça
Que pour ton corps.

Et je fais disparaître
Ton image
Mais ton visage a remonté les yeux
Pour se placer dans l’esprit.

Et quand devant
Les visages mécaniques
Et quand autour
Le gris coule le long
Des façades
Tes traits s’affichent
Au révélateur du manque.

J’accepte le quotidien
Je voudrais le refuser.
J’accepte la médiocrité
Je voudrais m’en moquer
Comme avant.

J’aimerais ne pas savoir leur pouvoir de destruction.
J’aimerais ne pas savoir leur pouvoir de destruction.

J’aimerais juste
La liberté
Ton décolleté
Mon intuition
Sans tous ces raisonnements.

La liberté
Ton décolleté
Mon intuition
Sans tous ces raisonnements.

Ton décolleté
Mon intuition
Sans tous ces raisonnements.

Mon intuition
Sans tous ces raisonnements.

Sans tous ces raisonnements.

Sans tous ces…