PARC ET…

Poésie

Parqué
par la société
Il quitte
En tenue

Un parquet
Pour un parc : et
Soudain
Les élans

ne sont
plus
Brusquement

Interrompus.
La nature
Offre
Un espace
Pour déployer
une foulée
Tout en déroulant

Dans le même temps
Un
peu plus haut
Des idées.
Se répandre
Se grandir

Enfin : Totalement.

Rendre
Toute
Cette énergie :

Faire le vide.
Qui permettra
La tranquillité
De la statue

Dans l’ampleur
De la stature.

Une présence
Vivifiante
Mais pour l’autre
Jamais

Oppressante
Limitante.
Au
contraire
Elle l’encouragera
Egalement
A son tour

A totalement
Se déployer.

A
Se dérouler
Dans un espace
De partage

Dans laquelle
Elle se sent
Si confortablement
Invitée.

Et deux âmes
Au final
Se
Libèrent

Car la nature
A offert
Ce qui manque
Le plus souvent

aux humains :
Un espace
Total d’expression

Pour le corps
La conscience,
L’envergure
Sans limite
D’un terrain.

Parqué
par la société
Il quitte
En tenue

Un parquet
Pour un parc : et
Soudain…

Soudain…

Soudain…