RENE FALLET

Avec René Fallet
La médiocrité ne gagne jamais.
Toutes les statues sont
Déboulonnées
On vit au présent et pas au passé.
Et pour se donner du courage
On trouve des exemples, du divin,
Dans la droiture d’un cœur
Ou la cambrure d’un dos.

Pas besoin de « Grands Hommes »
De grandes épopées,
Le silence d’un café,
D’une marche à pieds
Pendant que roulent
Même sur nos esprits
Les autos,
Ça fout
Immédiatement
Dans la tronche
le vertige
de la simplicité
et du calme
où toute l’éternité
qui sommeille
dans chacun d’entre nous
peut
peu à peu
se révéler,
jusqu’à
offrir
dans le ciel
de la routine
des feux d’artifice
de baisers
de mots
et de regards,
avec juste
à la base
des étincelles
d’amitié
et d’amour.

René Fallet
C’est les mots
qui se suivent
Comme des silex qui se frottent.
Comme des corps qui se touchent.
Comme des esprits
qui aiment se chercher
pour toujours mieux se trouver.

René Fallet
c’est des cafés
comme des églises.
Des amitiés
comme des amours
Et des amours
comme des fleuves qui coulent
vers la mer.

vers l’infini.

Etre soi
Et se mélanger à tout.

Etre 2, 5, 10, 30
et en même temps
plus qu’un.

et en même temps
plus qu’un.

C’est tout ça…
René Fallet…