ENTRE LA VIE, ENTRE LES FEMMES

J’ai vogué
Vague à l’âme
Entre la vie
Entre les femmes.

J’ai vogué
Vague à l’âme
Un jour la tristesse
Puis la flamme.

Souvent
Les sourires
N’étaient pas des sous rires
Mais des sur si.

Le conditionnel
Ma condition.
L’amour fusionnel comme
Ambition.

J’ai vu le bonheur arriver
Et puis repartir.
J’avais arrêté de tout ressasser
Et de réfléchir.

Mais le film n’est jamais terminé.
Des noms au générique n’ont cessé
De se rajouter.
Copine à 5 ans.
Copine à 15 ans.
Copine à 20 ans.
Dix actrices pour un même rôle.
J’ai explosé mon budget
J’espère au moins que le film est drôle.

Oui,
Grâce à tous les seconds rôles
Qui valent bien mieux que les premiers.
Quand la banalité nous frôle
On est sauvé par l’amitié.

N’empêche,
Rien ne sera jamais aussi puissant
Qu’une comédie sentimentale.
Je regarde L’Arnacoeur sur mon
Divan
Et j’veux danser Dirty Dancing
Dans une pauv’ salle.

Je regarde Ma vie en l’air
Et j’ai envie de planer.
Je recontacte toutes mes ex
Pour qu’elles oublient qu’on s’est
Quitté.

Quand seule la complicité
T’excite
Et que tu cherches à la recréer
Dans la vraie vie
Sur un pauv’site.

Quand tes meilleurs souvenirs
Reposent sur un post-it
Mais qu’tu veux voir plus grand.

Quand t’as plus la
Flemme
De retrouver cette
Flamme.
La recherche n’est pas
Vaine.

Tu l’as trouveras forcément
Cette utopie de femme.