REPRENDRE DU TERRAIN AU DÉSERT

Une musique de dance
Des années 90
Arrive derrière lui.
Autour c’est une ville
de Bretagne
Maintenant à sa hauteur
Un vélo jaune Laposte
qui s’en va
Diffusant
Le long de son parcours
Sa joie de vivre.

Un arrière plan de tranquillité
Comme un support à l’expression
Douce
Spontanée
Contagieuse
D’une vitalité.

Et il se dit «l’importance du cadre ».
Un cadre
dans le passé
Qui l’a rempli
D’agitation
De stress
de frénésie
de bruits.

Il lui fallait
des heures à se nettoyer
dans le silence
pour retrouver son innocence
Sa confiance
Son humour
Et enfin l’amour
Dans le relâchement et l’amusement
De se connecter aux autres.

Et alors il entend souvent
Des gens juger
Et lui
ne sait pas comment
on peut solennellement isoler
une responsabilité
Quand l’environnement
Vous pousse sur un ring de boxe
et qu’autour :
ca commence à s’agiter
Et dans le dos, de nulle part, à frapper.

Alors
nettoyé
dans cette rue : par le silence
lié aux autres
par ce postier, sa musique : douce cadence
Alors
Il savoure ce moment
exfiltré de l’enfer,
Il remercie ses alliés
cet attrait aussi pour la simplicité
la sérénité,
avant de se multiplier
Qui l’ont éloigné peu à peu du monde des affaires.

Et quand la douceur
N’apaise pas
de l’extérieur
il se souvient
du sentiment de joie
de responsabilité
de félicité
déjà
de quotidiennement la cultiver
à l’intérieur.

Méditer
Créer
Courir
Marcher :
Il espère
Que ceux
qui
chaque jour
Sont confrontés à l’enfer
Tentent quotidiennement
D’étendre
A l’intérieur d’eux
Le fort
Le beau
Et le tendre
pour reprendre
Tout autour d’eux
du terrain au désert

pour reprendre
Tout autour d’eux
du terrain au désert

Du terrain au désert