J’VEUX DU SOLEIL

Quand pendant
1heure
A l’écran
Se succèdent
Des gens
emplis
D’amour
De fraternité
De sensibilité :
Vient à l’esprit
Et dans le cœur
Que ce sont
Eux
En fait
Qui incarnent
La grandeur
la générosité.
Car
dans leur dignité
quotidienne
ils nous
offrent
enfin
L’opportunité
Immédiate
De se sentir
Bons
Humains
En commençant
A les sauver.

Les numéros 1
laissent
Certains
Produits
Numéro 1
Faute d’argent
A la caisse.
La tristesse
Se mélange
à la droiture
Dans les yeux,
La figure
burinée
de nos vieux,
d’un musée urbain
Soudain
Sur leur chemin
Leur offre
La plus belle pièce.

Marcel,
Et son orchestre
De rires
De larmes
Aussi
de drames.
Se cacher
pour manger
faire les poubelles.
Sa voisine
le relève
Pour la relever
La honte
Maintenant
C’est pour eux
Tout en haut
désormais
plus pour elle.

Traverser
Ainsi
Une Nation
Qui faisait
Depuis des années
Démesurément
En se courbant
le dos
Rond.
Désormais
qui fait le point.
Qui se relie
Loin des écrans
Pour
Mieux
Apprécier
Les images.
Plus de clarté
Dans les yeux.
Même
Plus de certitude
Tous les deux 
Sur la surface
de leurs bouches.
Ils ne savent pas
Encore
Précisément
Sur quoi ça débouche
De parler.
Ils savent
Dès-à-présent
A quel point ça touche
D’échanger.
Se retrouver.

Ensemble
faire une pause.
Terminer
l’exploration
de la Constitution
Juste avant
de se saisir
d’une page blanche.
A remplir
prochainement
Dans la fraternité
La gaîté
La senteur des dimanches.

Vivre
Collectivement
Avec
Non dans les yeux
mais sur le corps
Un goût de sel.
Et vouloir
voir
briller
Dans nos yeux
l’étincelle
la lumière
du soleil.

Réchauffante
Motivante
du soleil…

Du soleil.

Elles veulent du soleil
Ils veulent du soleil
J’veux du soleil.

Du soleil.