MASCULIN, FÉMININ (MÉLANGÉS)

Un jour
La souffrance
est tellement grande
Qu’on veut tout contrôler
pour ne jamais revivre ça

Contrôler l’environnement
En devenir le dominant :
D’un couple
D’une famille
D’un département.
Contrôler l’extérieur
Aussi ses sentiments
Se couper
de ses sens
Pour pouvoir se prendre
De plein fouet
Sans rictus, les instants.

On ne revit plus
alors
Le mauvais temps :
Plus rien ne nous surprend.
Mais plus rien ne nous
émeut.
La vie était de la magie
On en a fait
une machinerie.
Une organisation
Mais on est prêt
à payer des centaines d’euros
Pour revivre l’émotion.

Alors
il est celui-là :
Qui du bout de ses doigts
Relaie
ce qui l’émeut
Et l’enferme sur papier.
Pour qu’au moment
où le soir
Ils peuvent poser leur armure
leur bouclier,
ce papier soit là.
Alors ils s’assoient.
Ils lisent.
Ils pleurent.
Et même si les émotions
Sont parfois
une douleur
Ils se disent
A quel point
Ressentir
Aimer
Se livrer
Aussi est une joie.
Quand
Tout est
Finalement là :
La douceur
La pudeur
L’opiniâtreté
Et l’authenticité.
En d’autres mots
Le masculin
Et le féminin
sacrés
Mélangés.

Mélangés.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.