Logo Flavie

Discuter avec elle
Même à distance
C’est se promener
Tranquillement
Sereinement
Toujours en souriant
En se surprenant
Aussi
En se comprenant finalement
totalement,
Diversité
et complicité
Mélangées.
Etre pareil
Aussi
Sur d’autres plans
Se compléter
En remontant
Paisiblement
A pieds
Les rives d’un fleuve.

Discuter avec elle
Même à distance
C’est une chance
De pacifier les émotions
Par le plaisir
Immédiat
De la connexion.
Et le partage
de réflexions
Affinées
Pendant de longues années.
De la hauteur
Toujours
de la douceur
Et les intuitions
dans la confiance
peuvent s’exprimer,
La complicité
S’installer.

L’extérieur
pour elle
pour lui
est souvent un danger.
Manipulation
Violence :
En fait,
Ils n’étaient pas préparés.
Et avec le temps
beaucoup plus agréablement
Ils n’étaient pas préparés
Non plus :
A ça.

Des réponses instantanées.
Cette adrénaline
De découvrir
Avec délice
Toujours l’instant d’après.
Et comme
Elle connaît
Cette joie
Aussi
avec d’autres gars :
Il est heureux.

Car elle mérite
Par son authenticité
Son courage
Dans nos yeux
D’apercevoir,
Même le soir,
Du soleil
Et
Un immense ciel bleu.

Du soleil
Et
Un immense ciel bleu.

Bleu.
(Notre couleur, d’ailleurs)

Poésie

Un visage
Un corps
Un sourire familier
Et l’extérieur cesse
D’être

étranger.
Car désormais l’extérieur
C’est lui
C’est elle.
Chercher le positif
Pour s’apaiser
Et le positif

Le tendre
Le puissant
Le passionnant
Est là

En face
En fesses
A portée de main
De bras
De lèvres.
Ne plus avoir
Maintenant
Qu’à
Se pencher
Pour embrasser la vie
A pleine bouche.

A pleine bouche.

A pleine… bouche.

Poésie

Pas un mot qui manque,
pas un mot
en trop
Chez elle.
Le cerveau qui a analysé
Identifié
Précisé.
Et après que le cerveau
a parlé
il se tait,
Et laisse les émotions
S’exprimer.
Pour l’équité.
Pour vibrer
Doucement
Paisiblement
Sans bousculer
Sans déranger.
Juste pour se relier
Quelques instants :
A l’autre.

A l’autre.

Pas un mot qui manque,
pas un mot
en trop
Chez elle.

pas un mot
en trop…
…chez :

ELLE

Poésie

Vu que
T’as 15 ans
De plus
Que moi
Il y a 15 ans

t’étais
où ?

Où ?
Dans
quels bras 
Quel état
Vers quels lieux ?

Quel état

piteux 
Quel
Souvenir
heureux
Vers quel rêve

audacieux ?

Tu sais
Qu’avec la beauté
On peut récompenser
Même couronner
la grandeur
D’un homme ?

Et je vois tes yeux
Lumineux

Ton sourire joyeux
Et ton insistance
Partout
A repérer du bleu.
Et je sais
qu’il y a 15 ans

Tu étais en chemin
Pas encore là.
Alors
Dis-moi

ma fée
Il y a 15 ans
En
réalité
Où tu étais ?

Vers quels lieux ?
Dans
quel état ?
Dans quels endroits ?
Et…
Dans quels bras ?

Bras ?

Poésie

La lumière
Remportant
Le combat
Face à l’ombre.
La force de vie
La motivation
La confiance
de toujours avancer
Vers un ailleurs
Extérieur :
Cette mer
Qui attend

Uniquement
A deux pas
En sortant
De
la maison.

Et exploration
Aussi
en soi :
Ce bureau
Qui se distingue
Comme une option
Pour
A
la moindre occasion
S’isoler
Réfléchir
Ecrire
Se questionner.

Exploration
du Monde
Aussi
de ses richesses
intérieures.
Le tout
Dans la confiance
En la vie
Qui sourit
Aux curieux
Aux audacieux
Aux courageux.

Toutes les richesses
Les saveurs
d’une vie
En un tableau.

En un tableau.

Rooms
by the sea :
Edward Hopper.

 

cropped-logo-flavie1.jpg

Toujours un pas
Vers eux.
Depuis
Qu’il est morveux
Il a toujours fait
un pas
Vers eux.
Un pas
Un sourire
Des yeux étincelants
Brillants
Pour que la vie
Soit de la magie
De la comédie
De l’humour
De l’amour
En chaque lieu.

Un pas
Vers eux.
Toujours un pas
Vers eux :
Depuis
Qu’il est morveux
Il a toujours fait
un pas
Vers eux.
Et après
avoir reçu
De la beauté
Et aussi
Souvent
Des sourcils froncés
Des regards acérés
Des cœurs fermés
Il veut prendre
Aujourd’hui
Soin de lui.
Se focaliser
Avant tout
Sur la magie
En lui.
Bien sûr 
Observer
Les couleurs
Qu’offrent
La nature,
Aussi
La lumière
Qu’offrent
Certains humains
Qui se concentrent
Pour offrir
Le plus pur.

Mais il sent
Que pour se préserver
Il ne doit pas se sentir
Nul
De rester un instant
Quand
Il le sent
Dans sa bulle.
Car si vous saviez
Comment c’est beau
Chaud
Déroutant
Hors du commun
Ce qui se passe
Dans son cerveau
Dans son cœur
Dans chaque virage
De
son intestin.
Si vous saviez
Tout ça
Vous plongeriez
Dans chacune
De ses phrases
Pour aller
A la rencontre de son âme
Comme on pénètre
Un flambeau
à la main
Dans un temple
Incas.

A la rencontre
Des trésors
d’un autre
Qui nous font prendre
Conscience
Du pouvoir de création
En soi.

Toute cette beauté
Cet amour
Que chacun
Pourrait
Donner
Exprimer
Si on n’avait
Pas Peur

A ce point
de donner
Sans recevoir autant
Juste après.

Si on n’avait
Pas peur
A ce point
de donner
Sans recevoir autant
Juste après.

Juste après.

Logo Flavie

Au début,
la tête cible
Puis le corps fait.
Aucun naturel
Plaisir :
la contrainte d’un corset.

Et puis
un jour
La tête
n’y pense plus
A faire
Attention
C’est le corps
Qui lui demande
S’il te plaît
Oriente-moi
A nouveau
Dans la bonne direction.

Dans ce qui me fait
Du bien
Aliments sains
Pratiques physiques
Toute application
Qui me fait revenir
Paisiblement
Dans mon antre
En mon sein.

Et quand le corps
Réclame
et non la tête
Tu sens
En toi

Ca y ‘est :
C’est gagné !
Plus besoin
De mécaniquement
se forcer
se motiver

se persuader
Juste désormais
tranquillement
de

s’écouter
pour se sentir

beaucoup
plus aligné.

Attendre que la motivation
descende
de la tête

Au niveau du corps.
Et
Son ami
Lui parle de sa difficulté
A mieux manger
Et
Depuis peu
à refaire du sport.

Mais en lui
Il sourit
Car il sait que
prochainement
cet ami
très
persévérant
pourra goûter à l’avènement :
De ne plus se forcer

Pour
s’apporter

Chaque journée,
De l’intérêt,
Du respect
De la paix :
finalement de l’amour.

De l’amour.